Historique

L’Association de Sauvegarde de la Médina de Tunis (A.S.M) a vu le jour au mois de juin 1967 avec pour objet «d’œuvrer pour la protection des ensembles urbanistiques traditionnels, des monuments historiques et de tous les objets à caractère de patrimoine culturel et de mener toute action susceptible d’assurer la préservation et la mise en valeur de la Médina » (Statut de l’ A.S.M: 29 août 1967).

Elle est née à l’initiative du Gouverneur – maire de l’époque, Monsieur Hassib Ben Ammar, lorsqu’une petite partie de l’opinion a pris soudain conscience des dangers que courrait la Médina, psychologiquement dévalorisée, menacée de défiguration et même de disparition physique alors qu’elle constituait l’un des piliers de l’identité tunisienne.

De 1970 à 1974, l’UNESCO est venu apporter son soutien à l’ A.S.M, dans le cadre du Projet Tunis-Carthage financé par le PNUD et intitulé : « Sauvegarde et mise en valeur de la Médina de Tunis en vue du développement », ce qui marquait bien sa double dimension culturelle et économique. Les études de fond, à caractère analytique, effectuées à cette occasion ainsi que les recommandations de synthèse du Projet Tunis-Carthage, sous la forme d’un programme de sauvegarde et de mise en valeur de la Médina, ont eu un retentissement considérable.

De cette époque date la notoriété de l’ A.S.M, établie sur ces études qui ont permis de connaître et de comprendre la Médina, telle qu’elle était à l’origine et telle qu’elle était devenue. Ces études ont été pionnières pour le monde arabe et se sont basées sur une banque de données qui représente en soi un patrimoine à préserver.

L’A.S.M continue, aujourd’hui, à jouer un rôle d’agitateur d’idées, de catalyseur et de laboratoire sur les questions urbaines, architecturales et socio-économiques qui concernent la Médina de Tunis.

Au fil des années, par l’intermédiaire de son atelier d’urbanisme devenu atelier d’architecture et d’urbanisme, et par son équipe de chantiers, l’ A.S.M est devenue le sous traitant, l’associé, le conseil, le bureau d’étude, l’entrepreneur ou le partenaire de diverses institutions : la Municipalité de Tunis, le Gouvernorat, les Ministères de la Culture, de l’Equipement et de l’Habitat et de celui du Tourisme ainsi que les différentes institutions nationales en charge du patrimoine, sans oublier son rôle d’assistance technique aux habitants de la Médina.
Après une période d’études et d’analyses fondamentales jusqu’en 1974/1975 puis une période d’attente en 1975/1980, le temps que la question du patrimoine commence à émerger dans les préoccupations politiques, l’activité de l’ A.S.M a été, à partir de la décennie 80, marquée par l’action opérationnelle.

Ce changement d’orientation vers l’opérationnel est le fait d’une volonté politique clairement exprimée par le conseil municipal mais également par le Ministère des Affaires Culturelles et par le Ministère de l’Equipement et de l’Habitat.

L’atelier d’urbanisme de l’A.S.M s’est transformé en véritable atelier public d’urbanisme et d’architecture, travaillant sur convention d’étude avec divers partenaires publics ou exceptionnellement privés.

Assemblée générale extraordinaire de l’ASM de Tunis  

Le 16 avril 2016, a eu lieu au Dar Lasram, l’Assemblée générale extraordinaire de l’ASM de Tunis durant laquelle les rapports moral et financier ont été adoptés et les statuts de l’’association amendés. Il y a été procédé, par la même occasion à l’élection d’un nouveau bureau exécutif composé de huit membres.

L’Assemblée générale a permis de mettre en conformité les statuts de l’ASM avec la loi sur les associations de 2011.

Les statuts ont affirmé le caractère institutionnel de l’ASM en mentionnant que la présidence de l’association  revient toujours au Maire de la Capitale et ont souligné l’importance de l’Atelier d’architecture et d’urbanisme avec des cadres permanent afin d’assurer la sauvegarde du patrimoine de la Médina de Tunis.